’Un roman glaçant aux accents orwelliens’ : Les Echos ont lu’Il faut y aller, maintenant’
Publié le 13 janvier 2023

"Un roman glaçant aux accents orwelliens" : Les Echos ont lu"Il faut y aller, maintenant"

« Il faut y aller, maintenant » : le courage de fuir ou de rester

Chronique de Pierre de Gasquet dans Les Echos week-end :

"À la vérité, ce roman glaçant comme une lame de couteau traite d'un moment que l'on peut tous connaître. Ce moment où l'on doit décider s'il vaut mieux fuir ou rester, assumer ou rompre. Le moment où l'on doit choisir entre l'effroi ou la honte, sans savoir si les deux ne sont pas au rendez-vous. « Est-ce qu'on s'allège dans l'exil ? On tire un trait ? On peut vivre une autre vie ? ». Qui ne s'est posé cette vaine question à un moment ou un autre, ces cinq dernières années par exemple. La tentation de tout jeter par-dessus bord, la honte et l'effroi…

(...) Dans son sixième roman, Emmanuelle Heidsieck décortique avec talent ce moment étrange où toute une génération se retrouve complètement rétamée par une « forme de dépression latente ». « Les choses sont difficiles à regarder. C'est pourquoi nous devons les regarder », comme dit l'historien Michael Berenbaum. L'important, c'est de regarder les choses en face. En fin de compte, ce roman aux accents orwelliens se lit comme une fable philosophique sur le courage de rester ou de fuir. Dans les deux cas, on n'a jamais l'esprit tranquille…"

Lire plus...

Soirée de lancement de ’Il faut y aller, maintenant’
Publié le 9 janvier 2023

Soirée de lancement de "Il faut y aller, maintenant"

Les éditions du Faubourg vous invitent à rencontrer Emmanuelle Heidsieck, jeudi 12 janvier 2023, à la librairie L'Ecume des pages.

Rendez-vous à 19h à la librairie. La comédienne Céline Milliat-Baumgartner lira des extraits du roman Il faut y aller, maintenant.

Nous poursuivrons la soirée au café Le Bonaparte, où nous célèbrerons les trois ans de la maison.

Lire plus...

Libé a lu le nouveau roman d’Emmanuelle Heidsieck
7 janvier 2023

Libé a lu le nouveau roman d'Emmanuelle Heidsieck

Dans le cahier Livres du week-end du quotidien Libération, Eric Loret livre sur une colonne son regard sur Il faut y aller, maintenant :

"C’est un récit de chambre, comme on dit musique de chambre. Il n’y a même qu’un instrument : la voix d’une septuagénaire, grande bourgeoise veuve, qui s’adresse à une autre femme, Aida, qui fut la nourrice des ses enfants et dont on n’entend jamais les réponses. Efficacité dramatique éprouvée depuis la Voix humaine de Jean Cocteau : le dialogue c’est le malentendu ; le monologue, le suspense et la mort en vue."

Lire plus...

Une recension de ’Il faut y aller, maintenant’ dans L’Or des livres
Publié le 5 janvier 2023

Une recension de "Il faut y aller, maintenant" dans L'Or des livres

Emmanuelle Caminade pour L'Or des Livres nous offre l'une des premières recensions du nouveau roman d'Emmanuelle Heidsieck, Il faut y aller, maintenant.

"Emmanuelle Heidsieck est une écrivaine engagée à la verve satirique, une sorte de lanceuse d'alerte qui utilise la fiction pour avertir et inciter à réagir. A résister. S'appuyant sur une réalité précise et souvent très pointue, cette juriste de formation à l'écriture vive et acérée déploie en effet son imagination avec humour et sensibilité pour illustrer de manière pertinente les dérives de notre monde contemporain en poussant à son paroxysme leur logique afin de mieux nous en faire mesurer la gravité."

Il faut y aller, maintenant  est à peine un roman d'anticipation tant le décalage avec notre époque semble mince, ce qui le rend d'autant plus glaçant.

L'article complet est à retrouver sur son blog.

Lire plus...

’Pinochet-sur-Seine’ : Il faut y aller, maintenant dans Bastille
Publié le 4 janvier 2023

"Pinochet-sur-Seine" : Il faut y aller, maintenant dans Bastille

L'écrivain Eric Faye, chroniqueur livres dans le numéro de janvier du mensuel Bastille, signe un très bel article sur le dernier roman d'Emmanuelle Heidsieck, Il faut y aller, maintenant, qu'il décrit comme "bref et incisif".

"Les meilleures dystopies ne parlent pas de l’avenir mais de notre époque",  écrit-il, imaginant que "ce monologue (soit) mis en scène au théâtre." (...)
"Emmanuelle Heidsieck dissèque notre époque par le truchement de dystopies et n’est jamais en mal d’idées. On ne s’ennuie pas à la lire tant les dérives de notre monde stimulent son écriture."
 

Lire plus...

Une double page d’interview de Mathilde Ramadier dans So Good
Publié le 4 janvier 2023

Une double page d'interview de Mathilde Ramadier dans So Good

Barnabé Binctin a interrogé Mathilde Ramadier au sujet de son essai Vivre fluide.

"La fluidité peut engendrer un vrai renversement des rapports de pouvoir entre homme et femme", estime l'autrice.

"Un nouvel horizon féministe de libération sexuelle ? Peut-être",  écrit le magazine.

À lire en pages culture du trimestriel, en kiosque en janvier.

Lire plus...

Vivre fluide dans la sélection ’le meilleur du féminisme’ de Libération
Publié le 19 décembre 2022

Vivre fluide dans la sélection "le meilleur du féminisme" de Libération

L'essai sur la bisexualité féminine de Mathilde Ramadier, Vivre Fluide, fait partie de la sélection de Libération du "meilleur du féminisme " de 2022.

"C’est un désir flottant, peu évoqué, inexploré. Comme s’il n’existait pas. Un tabou la bisexualité féminine ? Dans Vivre fluide. Quand les femmes s’émancipent de l’hétérosexualité (éditions du Faubourg), Mathilde Ramadier raconte plein d’histoires de femmes qui passent d’un sexe à l’autre. Elle donne chair et existence à des relations le plus souvent invisibilisées. «Les bisexuelles ne sont ni hétéros, ni homos, ni 50-50, dit-elle. Elles s’autorisent seulement à sortir du clivage, du mode de raisonnement binaire.» Une façon d’échapper au chemin quasi obligatoire de l’hétérosexualité ou de la vie en couple avec enfants. Dans Vivre fluide… la bisexualité y est décrite en termes doux et non militants ou culpabilisants. Personne n’est sommé de faire «un choix» mais invité à écouter la multiplicité de ses désirs et de les vivre réellement."

Lire plus...

La vraie histoire de la naissance de son roman graphique par Özge Samanci (via L’Observatoire de la Turquie)
Publié le 14 décembre 2022

La vraie histoire de la naissance de son roman graphique par Özge Samanci (via L'Observatoire de la Turquie)

Nora Seni a filmé son entretien avec la Turque Özge Samanci, lors de la soirée privée organisée le 22 novembre aux éditions du Faubourg. Voici l'article publié par L'Observatoire de la Turquie contemporaine).

Lire plus...

Özge Samanci sur RFI
Publié le 10 décembre 2022

Özge Samanci sur RFI

Radio France International consacre une grande chronique à Özge Samanci. C'est Anne Andlauer, la correspondante à Istanbul, qui parle de Nager à contre-courant (à réécouter ici, à partir de 9 minutes) :

"Un roman graphique comme on en lit peu.
Un témoignage précieux sur ce qu’a été et est encore en partie le système éducatif turc, une forme d’embrigadement rendu obligatoire par les militaires turcs, le stress et la concurrence que ce sytème instaure.
Une mine d’informations mais avant tout un roman graphique d’émancipation brillant qui marie la naïveté et l’humour avec la gravité et parfois le tragique d’un pays et d’une époque."

Lire plus...

Nager à contre-courant : une ’révélation’ selon Pierre Vavasseur
Publié le 9 décembre 2022

Nager à contre-courant : une "révélation" selon Pierre Vavasseur

Pierre Vavasseur ne tarit pas d'éloges sur Özge Samanci et sa BD Nager à contre-courant. Sur son blog Des minutes de lumière en plus, il écrit :

"Bien sûr il y a Riad Sattouf et l’épopée en six tomes de son « Arabe du futur » qui rencontre l’énorme succès que l’on sait. Mais dans la catégorie roman (autobio)graphique, voici une nouvelle venue qui n’est pas syrienne mais turque, mérite la même attention et, ça va de soi, un beau succès de ventes. (...)

Pour représenter les choses, même brièvement, et nous les enfoncer comme un poignard entre les neurones, Özge peut compter sur ce trait efficace, faussement naïf mais si inventif, parsemé d’échappées électriques et colorées, sympathique poil à gratter, qui constituent son style.(...)

Vous allez aimer le combat qui s’appelle Liberté et que cette Turque mène."

Lire plus...